les ga'bonheur

les ga'bonheur

La vie n'est pas un long fleuve tranquille Libreville...

Une troisième semaine se termine à Libreville. Une semaine de femme au foyer, mais un peu plus occupée que les semaines précédentes (un petit peu hein...)

Je suis encore allée faire des courses dans un autre supermarché (oui il y en a partout...), le Géant Casino de Mbolo (ça veut dire bonjour ici). Ce n'est pas donné mais on y trouve de tout. Sur le parking, il y a tout un tas de revendeurs : du parfum, de fleurs, des jeux de société, des peintures, des téléphones et même des petits chiens entassés dans un caddie. Il y a une grande galerie commerciale, presque comme en France (ouais, presque...), avec pharmacie, téléphonie, boutiques Célio et Guess entre autres, boulangerie, boutique de sport... Rien à voir avec les petites boutiques artisanales que l'on trouve partout ailleurs.

D'ailleurs dans une petite boutique artisanale en face du camp De Gaulle je me suis acheté mon premier article made in Gabon. Il est fait avec du raphia, qu'on trouve partout ici. Pratique pour la plage.

IMG_0670.JPG

Dans un autre domaine, j'ai commencé à démarcher les écoles, sans succès pour le moment. Les postes sont tous pourvus, mais cela peut se débloquer en cours d'année. Un poste peut se libérer, ou il peut aussi y avoir besoin d'un remplacement. D'autres écoles ne sont pas encore ouvertes, la rentrée est échelonnée ici, je ne sais pas vraiment selon quels critères... Certains enfants ont repris tout début septembre, comme en France, d'autres reprennent le 14, d'autres reprendront plus tard... Affaire à suivre. Mais j'aimerais vraiment trouver quelque chose, je ne me vois pas rester sans activité professionnelle, ne serait-ce qu'à temps partiel si je ne trouve pas mieux. J'ai rencontré par hasard deux femmes de militaire qui ont trouvé des postes d'enseignante ici sans trop de problème. Elles m'ont dit que je devrais trouver facilement, alors croisez-les doigts !

Pour déposer mes candidature je n'ai pas eu le choix, j'ai du prendre le taxi, à plusieurs reprises... Bon, je suis quasiment toujours tombée sur des hommes plutôt corrects. Seul l'un d'eux n'était pas du tout aimable. Bon, pour la conduite faut pas être trop exigent hein. Arriver sans encombre c'est tout ce qu'il faut demander !! Le mieux c'est de monter devant, au moins il y a une ceinture (mais en même temps on l'appelle aussi la place du mort...). Le plus rassurant, pendant son premier voyage seule en taxi, c'est d'en croiser un autre qui vient d'avoir un accident...Bon, la voiture était morte, sur le toit, mais le chauffeur et les passagers ne semblaient pas gravement blessés. Mais comme ici, c'est chacun sa merde, on ne s'arrête pas pour voir si ça va !

 

IMG_0633.JPGUn taxi gabonais

 

Cette semaine j'ai passé ma visite médicale. On doit tous en passer une en arrivant ici. Tout va parfaitement bien, je peux faire n'importe quel sport. La présentation de toutes les activités du camp aura lieu samedi prochain. Entre danse africaine, course à pied, aquagym, fitness, photographie, krav-maga, et j'en passe, il va falloir faire un choix, je ne pourrai pas tout faire !

J'ai repris le footing déjà. J'ai rejoint un petit groupe qui courait déjà l'an passé. La coach est sympa et à l'écoute. J'ai couru une demi-heure, avec beaucoup de mal sur la fin... La chaleur n'est pas insupportable, il faisait bon ce jour là, il y avait un petit vent agréable, mais le climat humide rend l'effort difficile. Aucun problème pendant les 20 premières minutes, je me sentais même bien, mais au bout d'un moment j'avais l'impression de me prendre des seaux d'eau sur la tête tellement je transpirais... Il faut vraiment un temps d'adaptation au changement de climat. Quoi qu'il en soit, reprendre le sport fait un bien fou !

Vendredi matin, activité typique de femme d'expat : le petit dej entre femmes de militaire... J'étais pas forcément très enjouée à l'idée de cette petite sortie, mais j'y suis allée par curiosité, et c'était l'occasion de rencontrer d'autres personnes. Finalement ça s'est bien passé, on a pas mal discuté. Bon, j'étais souvent hors discussion, étant toutes des mères de famille, elles ont des préoccupations autres que les miennes. On a pu avoir quelques conseils des femmes déjà là depuis un an, et parler des petits soucis que l'on rencontre à l'arrivée. J'ai passé un moment sympa, même si ce n'est pas vraiment mon passe-temps favori. En revanche, on était dans un hôtel très chouette. Le cadre était vraiment joli, avec une piscine qui appelle à la baignade et des transats qui avaient l'air confortables. Bon pour le service, pas de surprise. Ce n'était qu'un petit déjeuner avec peu de commandes, mais il manquait certaines choses, le serveur semblait un peu dépassé, pas pressé (et en même temps on avait le temps...) et l'addition n'a jamais été correcte. Visiblement ici c'est toujours comme ça alors ça va faire travailler ma patience tout ça !

 

IMG_0624.JPGHôtel le Cristal

 

Le week-end arrive, nous avons la voiture d'un collègue de Nico, parti en vacances en France. Nous pouvons donc nous déplacer plus facilement ! Samedi matin nous avons rendez-vous dans le quartier des concessionnaires, pour voir une voiture (peut-être NOTRE future voiture). On a rendez-vous avec un vendeur de voiture, qui nous présente la personne qui vend son Pajero, et son "frère". La voiture est propre, les sièges sont couverts de plastique donc nickel, apparemment la femme de monsieur ne l'utilise que pour emmener ses enfants à l'école et elle est maniaque. La voiture est bien entretenue depuis l'achat et cela se voit. On l'essaie cinq minutes dans le quartier, et ok, on la veut. On négocie deux-trois petits détails (enfin, on essaie de négocier, ce qui est loin d'être notre point fort) et on se donne rendez-vous pour finaliser l'achat. Normalement, samedi prochain nous aurons enfin une voiture. A moi l'indépendance et la liberté !! Et pour ceux qui auraient envie de venir ici en vacances, on aura de quoi vous conduire un peu partout, il y a au moins 9 places, alors n'hésitez pas à venir en famille !

IMG_0635.JPGNotre peut-être on espère future voiture

Sur le chemin du retour, on se fait arrêter. Une première pour nous, et avec le véhicule d'un collègue... On cherche les papiers, mais ici il faut mille papiers pour tout (assurance, permis, extincteur...) et les policiers gabonais nous disent bien ce qu'ils veulent... Ils font leur spectacle bien sûr, nous disent que le papier de l'extincteur n'est pas à jour, et qu'on doit aller au commissariat pour l'amende. Il nous regarde, dit que comme on est courtois ça peut s'arranger comme ça. Et allez, un gros billet dans sa poche et on s'en va. Ils vont pouvoir se faire un bon restau le midi sur notre dos. Bon alors, venant d'arriver, on s'est bien fait avoir. On a donné cinq fois plus que ce qu'on donne habituellement... Erreur de débutants, on le saura maintenant !

Samedi après-midi c'est le moment de la balade d'Haston sur la plage. On décide d'aller au cercle Pompidou, où il y a la piscine à laquelle nous avons accès, le mess, un barbecue à disposition... et juste derrière il y a la plage, déserte. Malheureusement nous n'avons pas le temps d'entrer à Pompidou. Il est à gauche sur notre route, mais quand nous tournons, un chauffard gabonais a décidé de nous doubler... ça fait forcément BOUM... Le choc est assez violent mais heureusement nous n'avons rien. Nico a du mal à garder son calme face au chauffard qui est de très mauvaise foi. Il a tous les torts mais a le culot de dire que c'est de notre faute évidemment. Nous appelons rapidement les gendarmes français qui viennent nous donner un coup de main, et nous aider à faire le constat etc... Pendant que je suis au cercle Pompidou avec Haston, à trainer sur la plage et discuter avec d'autres familles, Nico passe son aprem au commissariat pour le constat. Ce n'est que de la tôle au final, mais avec la voiture d'un autre ça fait chier... Et il va falloir passer pas mal de temps à aller récupérer le constat, voir l'assurance... Que d'émotions en une journée !Au retour nous en parlons au gardien, il connait un carrossier. Ce qui n'arriverait jamais en France, le carrossier vient frapper chez nous le samedi soir à 20H30 pour estimer les réparations, et vient chercher la voiture le dimanche matin... Cela sera vite réparé, on ne peut pas rendre une voiture accidentée au collègue de Nico ! Je n'avais jamais eu d'accident en France, il aura suffi de trois semaines au Gabon pour avoir le premier. En espérant que cela soit le dernier évidemment !

IMG_0665.JPGUne portière et une aile en moins...

 

Autant dire qu'après une journée comme celle d'hier, aujourd'hui dimanche nous restons à la maison... De toutes façons nous n'avons plus de voiture ! Alors repos et glandouille pour se remettre de nos émotions.

 

A bientôt pour de nouvelles aventures...

 

 

 

 

 



04/09/2015
9 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 44 autres membres