les ga'bonheur

les ga'bonheur

Indépendance

Avec une voiture, tout est beaucoup plus simple maintenant ! Nous sommes enfin libres et indépendants dans tous nos déplacements. Qui dit voiture, dit assurance, carte grise et permis de conduire. Et qui dit tout cela, dit administration gabonaise... Pendant que Nico était en jungle pendant 2 jours, lundi/mardi, je me suis occupée de la carte grise de la voiture. L'assurance était déjà faite depuis la semaine passée. L'assureur se déplace jusqu'au camp alors c'est simple à mettre en route ! Pour la carte grise, il faut d'abord passer dans une des mairies de la ville, pour faire certifier tous les documents nécessaires : papiers d'identité du vendeur et de l'acheteur, ancienne carte grise etc... Tout cela doit être signé en mairie. Bonne surprise pour le coup, je n'ai pas attendu (ou presque pas) pour avoir mes papiers. Une fois déposés au guichet, et l'argent donné (oui, tout se paye bien entendu ), les papiers étaient prêts dans la journée, à l'heure à laquelle on m'a dit de revenir. Ce qui est drôle, c'est le flou des horaires. Je demande à la secrétaire à quelle heure ils ferment, pour ne pas me retrouver devant les portes fermées, elle me répond 16H30, mais me dit de venir avant 15H30 parce qu'ils seront déjà partis... Au moins, elle m'a prévenue !

Une fois les documents certifiés conformes, c'est à la direction générale des transports terrestres qu'il faut aller, pour faire la demande de carte grise. Le vendeur de la voiture m'a accompagnée, parce qu'il y connait quelqu'un. Quel gain de temps grâce à lui... Nous sommes allés directement dans un bureau déposer le dossier, le lendemain c'était fait ! Enfin, nous avons une carte grise "provisoire", qui sera surement notre carte grise pour trois ans... Ah oui, bien sûr, ici aussi il faut payer... encore !

gabonpres.gif

Pour le permis de conduire, encore une fois il faut se rendre dans deux endroits différents. On va d'abord payer (étonnant) pour avoir une quittance au Trésor public, là c'est assez simple à trouver. Ensuite il faut déposer les dossiers dans un autre bureau pour avoir (dans quelques semaines) une autorisation provisoire pour conduire au Gabon. Cela sera du provisoire parce qu'ils n'ont plus de papier pour nous faire le vrai permis... Mais pour trouver ce bureau, il faut s'armer de patience... difficile d'obtenir des indications claires sur l'adresse... On nous indique le chemin par rapport à un supermarché Prix Import... sauf qu'il n'y en a pas qu'un, comme les Franprix à Paris...Après plusieurs tentatives Nico a fini par trouver. Inutile de vous préciser que là aussi, il a du payer ! Mais après quelques temps d'attente, beaucoup de patience et pas mal de billets distribués, tout est en ordre de ce côté là.

 

Nico a donc passé deux jours en jungle en début de semaine pour un stage de survie. Nuit dans le hamac, parcours commando dans la mangrove et la jungle... Une nuit en pointillé et une matinée éreintante. Le parcours commando était en groupe, ils ont bien ramassé ! Ces deux jours sont obligatoires ils font partie de la formation à l'arrivée en séjour au Gabon.

mangrove.jpgPetit aperçu de la fin du parcours (ne cherchez pas Nico, la photo vient d'internet...)

Cette semaine Haston nous a fait sa première "blessure". Un petit souci au coussinet, du coup première expérience chez le vétérinaire à Libreville. On nous a conseillé un véto français, qui s'en est très bien occupé et en 48h c'était déjà fini... Il court à nouveau comme s'il n'avait rien eu. Ceci dit même blessé il courait sur trois pattes sans avoir l'air plus ennuyé que ça... Un vrai clown celui ci.

 

Ca y est les inscriptions pour les ateliers gérés au camp de Gaulle ont eu lieu cette semaine. Après presque 3 heures d'attente devant le bureau j'ai eu ce que je voulais. On nous avait dit de venir de bonne heure pour être sûr d'avoir une place dans les ateliers aux places limitées. Je tenais vraiment à m'inscrire au club photo alors j'ai cru venir en avance en me pointant 20 minutes avant l'ouverture. Non, en fait il fallait venir 1H30 avant l'ouverture pour être dans les premiers... Bon, une après-midi à poireauter mais au final j'ai ce que je voulais : photo et zumba. J'ajouterai peut-être d'autres choses en cours d'année je verrai, suivant la motivation ! Vous verrez peut-être la différence (j'espère !!) avec les photos avant et après quelques cours au club.

 

Nous avons pu nous enregistrer au consulat français cette semaine. Cela permet d'être inscrit sur liste électorale, d'avoir accès à certaines prestations sociales, de pouvoir faire certaines démarches administratives plus facilement... En gros une démarche qui nous est conseillée, donc on l'a fait !

 

La méga bonne nouvelle de la semaine, c'est ma nouvelle activité Rigolant ! Quel plaisir mercredi matin de recevoir deux appels pour me proposer deux postes différents. J'ai eu le luxe de choisir dans quelle école je voulais aller. J'ai pris la plus proche de la maison, où certaines de mes collègues sont aussi femmes de militaire. Me voici instit en maternelle, dans une classe de petite/moyenne section. Un double niveau qui ne plait pas visiblement. Les années précédentes ils ont eu beaucoup d'abandon de la part des instits... Moi je suis ravie, j'ai hâte de faire ma rentrée avec les enfants et de démarrer l'année scolaire. Une nouvelle expérience qui s'annonce plutôt chouette je crois ! Je vais avoir 26 élèves, dans une jolie classe toute verte, avec une atsem pour m'aider, Michelle.

IMG_0768.JPGMa classe Sourire

Seulement deux demi-journées pour le moment, je découvre le programme et la façon de tenir et préparer une classe. Tout cela est nouveau pour moi mais je sens que je vais vraiment m'amuser et prendre plaisir à gérer ma classe.

 

Jeudi soir nous avons pu assister à une mini conférence sur l'expatriation "bien vivre son expatriation au Gabon". C'était organisé par un des médecins du CMIA, collègue de Nico. Nous avons pu écouter une psychologue, expatriée au Gabon depuis un an par le travail de son mari. Elle a son cabinet à Libreville et a donc parlé du coté un peu négatif (même très négatif) de l'expatriation, et de tout ce qu'elle peut rencontrer dans son cabinet : des femmes qui ne sortent pas de chez elles, qui ont peur, qui ne veulent pas conduire, qui dépriment... Elle a parlé du choc des cultures à l'arrivée, des difficultés que peuvent rencontrer les enfants, les ados, les conjoints... Pas très drôle tout cela !

Mais nous avons aussi écouté un informaticien, passionné par l'interculturalité. Il n'a pas pu parler longtemps et a axé son discours sur l'irrationalité. Il nous a donné quelques clefs et conseils pour ne pas trop s'énerver, pour comprendre certaines différences. Les français sont très rationnels, dans la plupart des domaines. On se réfère sans cesse à des lois, à des textes. Ici, au Gabon, ils sont plus dans l'irrationnel. Ce n'est pas la loi qui prône mais l'habitude. Par exemple, même si un rond-point doit se prendre d'une façon, si l'habitude est de le prendre à l'envers alors il faut le prendre à l'envers. Le temps est aussi de l'ordre de l'irrationnel ici. Un retard d'une demi-heure n'est pas grave, ce n'est pas un manque de respect pour eux. Bon, pour certaines choses ça nous éclaire un peu, ça nous évitera de nous énerver certainement. Pour d'autres, on aura toujours du mal. J'aurai par exemple du mal à admettre une faute que je n'ai pas commise, juste parce qu'un agent de police me dit que je l'ai faite. Je veux bien entendre que la hiérarchie sociale a son importance ici, mais de là à inventer une faute, heu non !

Bref, la soirée a été courte mais très intéressante. Cela permet de voir que l'on est tous confrontés aux mêmes "problèmes" en arrivant. L'association "bienvenue à Libreville" organise aussi des conférences sur différents thèmes autour de la culture gabonaise, je pense que j'irai. C'est super intéressant de découvrir d'autres façons de penser, de vivre. On va vivre ici 3 ans, c'est important d'avoir un aperçu des habitudes culturelles...

bienvenue-a-lbv.jpg

Vendredi après-midi nous avons skypé avec un journaliste de l'Est Eclair, le journal quotidien de l'Aube. Notre nouvelle vie au Gabon va surement faire l'objet d'un article dans un futur numéro. Pas sûre qu'il nous soit livré jusqu'ici !

 

Pour bien finir la semaine, petit restau samedi midi. La voile Rouge, en bord de mer. Certaines tables sont carrément installées sur la plage. Le cadre est reposant, on entend le bruit des vagues alors que nous sommes dans la ville. Le restau est loin d'être bondé, on est tranquille ! Le menu est simple, et c'est très bien cuisiné. Mon poisson est excellent, mais juste un peu déçue de ne pas pouvoir goûter le crabe farci, il n'y en a pas aujourd'hui. Enfin, il est en train d'arriver, d'après le serveur. Une expression bien gabonaise "en train d'arriver"... je ne sais pas trop où est le crabe, sur la route du restau, mais ça sera pour une autre fois !On a eu la visite d'un chat qui cherchait son repas, ça change d'Haston au pied de la table... On aurait bien installé un petit hamac au bout du restau, pour la sieste après ce bon petit repas...

IMG_0779.JPGY a pire comme vue...

 

Demain dimanche, journée tranquille, Nico est de permanence on ne peut pas s'en aller trop loin, on ne sort pas de Libreville. On ira sûrement faire un petit saut dans la piscine et une balade en bord de mer pour Haston...

IMG_0764.JPGnotre piscine pour demain

 

A bientôt pour de nouvelles aventures...



20/09/2015
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 44 autres membres